Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 avril 2006

Versification et poésie

Qu’est-ce qu’un vers?
Début du vers: il est marqué par une majuscule.
Fin du vers : elle est marquée par un retour à la ligne ; le vers (contrairement à la phrase en prose) n’occupe pas forcément toute la ligne, et on peut donc trouver un espace blanc à la fin du vers.

Remarque: si le vers dépasse la ligne, alors la fin du vers ne s’aligne pas sur la marge de gauche dans la poésie classique (jusqu’au XIXème siècle), comme en prose, mais sur la marge de droite, après un crochet [

Présentation du poème
Les groupes de vers qui composent un poème s’appellent des strophes.
Il n’y a pas d’alinéa (contrairement à la marque de début de paragraphe en prose).

- On donne des noms aux strophes selon le nombre de vers qui les composent: tercet, quatrain, quintil, sizain...
Un vers isolé est mis en relief.

- Les vers sont composés de pieds. Une syllabe = un pied.
On nomme les vers selon le nombre de pieds qui les composent : alexandrins, octosyllabes, décasyllabes...
Pour compter correctement le nombre de syllabes, il faut observer certaines règles :
- le -e muet en fin de vers ne compte pas (il n’est d’ailleurs pas prononcé).
- le -e muet suivi d’un son vocalique (voyelle) ne compte pas.
- le -e muet suivi d’un son consonantique compte.
Décompte des -e: Par la Natur(e),-heureux comm(e) avec une femm(e) (Sensation de Rimbaud)
- le poète peut faire prononcer en deux sons ce qu’habituellement on ne prononce qu’en un seul : c’est une diérèse.
Exemple: “Un bohémi-en”

Jusqu’au XIXème siècle, la poésie était en vers. Au XIXème siècle, les poètes se sont libérés des contraintes portant sur la forme du poème : c’est l’invention du vers libre. La poésie peut alors prendre l’apparence de la prose.

Les rimes
La rime, c’est la répétition de sons identiques à la fin de plusieurs vers. On désigne par des lettres chaque rime différente: a, b, c...
disposition des rimes
aabb : rimes plates ou suivies abab : rimes croisées abba : rimes embrassées

valeur des rimes
On juge la valeur des rimes au nombre de sons qui sont repris : chaque son est codifié par un signe de l’Alphabet Phonétique International.
pensées / croisées: [e] 1 son commun -> rime pauvre (forcément un son vocalique)
âme / femme: [am] 2 sons communs -> rime suffisante
capitaine / lointaine: [t?n] 3 sons communs -> rime riche

genre des rimes
campagne / montagne : rime féminine (se terminant visuellement par un -e muet, donc non prononcé)
attends / longtemps: rime masculine (se terminant visuellement par toute autre lettre qu’un -e muet)

Les autres effets de sonorité

- les reprises de mots ou de groupes de mots créent un effet de sonorité et de rythme. (une reprise en début de vers ou de strophe se nomme une anaphore)
- les reprises de sons à l’intérieur des vers, dans des mots différents mais proches:
- son vocalique (voyelle) : une assonance
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant (Verlaine)
- son consonantique: une allitération
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes? (Racine)

Le rythme
il faut marquer les pauses au bon endroit et pour cela, repérer les mots qui forment un groupe cohérent.
le poète peut choisir d’écrire des groupes de mots qui débordent du vers:
- un vers déborde sur le vers suivant : c’est un enjambement.
Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme.
(Rimbaud)
- si le groupe de mots placé au vers suivant est très court, on parle de rejet.
Il dort dans le soleil la main sur sa poitrine,
Tranquille.
(Rimbaud)

Les commentaires sont fermés.