Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 avril 2006

Apollinaire

Biographie de Guillaume Apollinaire 

 

Wilhelm Apollinaris de KOSTROWITZKY naît à Rome en 1895, fait de nombreux voyages en Europe avec sa mère et passe son adolescence sur la Côte d'Azur, en 1897 il rate son baccalauréat et se met à l'écriture sous un pseudonyme. 1899, il arrive à Paris et collectionne les petits emplois : il tombe souvent amoureux mais il se voit toujours éconduit. En 1901, il rencontre Annie Playden, une jeune Anglaise dont il tombe amoureux mais cettte dernière le repousse et Apollinaire en sera profondément touché : ce sera l'inspiration de la "Chanson du Mal-Aimé".Puis, il voyage en Allemagne le long du Rhin pendant un an.


De retour à Paris, il participe à quelques revues littéraires et artistiques : il fréquente Picasso, Braque, le Douanier Rousseau, A. Jarry, M. Jacob et A. Salmon. Pour ses besoins financiers, il écrit des textes érotiques et immoraux. Il encourage les débuts du Cubisme et fait l'éloge de certains peintres avant-gardistes. 1908, il rencontre Marie Laurencin, peintre, et vit avec elle jusqu'en 1912 : il devient le défenseur de l'Art Nouveau. Il continue de produire des textes dans différentes revues : il est toujours inspiré par l'amour et l'émergence constante de la modernité. 1913, parution d'Alcools dont il a supprimé toutes les ponctuations, qui devient le symbole de son oeuvre. Il s'intéresse au Futurisme, à l'art contemporain mais il reste malheureux de sa séparation avec M. Laurencin.


En 1914, la guerre éclate et le poète décide de s'engager mais rejeté, il part à Nice où il rencontre Louise de Coligny-Châtillon, qui deviendra " Lou" et l'inspiratrice de nombreux poèmes et lettres d'amour. Il part sur le front dans l'artillerie et vit l'horreur de la guerre mais garde l'espoir de l'amour et la force de la vie. Dans l'infanterie, il sera blessé et réformé et retourne à Paris. Il continue d'écrire et de publier (Le Poète assassiné, Calligrammes). Il continue après sa convalescence de soutenir " l'esprit nouveau " et d'éxalter les esthétiques avant-gardistes. En 1918, il meurt de la grippe espagnole. Il reste l'inspirateur des Surréalistes, le poète qui a inventé un nouveau langage poétique à la fois moderne et original...