Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 juin 2006

Aux élèves de 3ème C

L'année n'est pas finie : ne rions pas encore !

vendredi, 19 mai 2006

Que va-t-il se passer le Jeudi 1er Juin ?

Pour les 3ème C :
De 8h15 à 10h15 : projection dans la salle video n° 1 de la tragédie moderne "Elephant" de Gus van Sant !
Attention, je donnerai un petit questionnaire sur le film après la projection !

Pour les 3ème A :
La projection aura lieu vendredi 2 Juin dans la salle video n° 2 de 10h15 à 12h15 !

vendredi, 05 mai 2006

Piste pour le brevet blanc...

J'ai un bon tuyau à vous donner pour le brevet : Révisez bien mes cours ! C'est gratuit !

lundi, 17 avril 2006

Question fréquente

"Mais M'dame, l'auteur a-t-il pensé à tout cela quand il a écrit ce texte ?"

En général, OUI! L'auteur fait en sorte de penser à tout !
Il suffit pour s'en convaincre de se dire qu'entre l'inspiration et l'aboutissement d'un texte, quelque soit son genre littéraire, il existe des brouillons, des dizaines de feuilles de brouillons... pour la plupart des écrivains lorsqu'on les a conservées. Il existe donc, il est facile de s'en douter, des heures et des heures de travail durant lesquelles l'auteur ne doit pas se priver de raturer, d'ajouter, d'ôter, de tourner ses expressions dans tous les sens, de triturer la syntaxe, de pétrir la grammaire (et il suffit de lire par exemple les variantes aussi nombreuses que différentes pour la majorité)...
L'auteur cherche, le plus souvent, à exprimer TOUT ce qu'il pense, et pour y parvenir, il doit penser à tout. Ecrire commande de travailler, de transpirer, de s'épuiser, de s'investir dans l'écriture. L'auteur travaille sans cesse à son style, il doit se démarquer des autres écrivains, il cherche à capter l'attention du lecteur.

Toutefois, on peut s'interroger encore : l'auteur n'exprime-t-il pas plus qu'il ne veut parfois ?
Une fois encore, je répondrais oui, bien sûr ! Il ne faut pas oublier en chacun la part d'inconscient plus ou moins complexe qui nous habite : inconscient personnel et aussi inconscient collectif ! Il est donc difficile dene pas trouver dans un texte l'influence d'une époque, d'une mentalité ou d'un style de vie car chacun, même le plus grand génie littéraire qui travaillerait comme un fou ne peut échapper au poids d'une mode culturelle, esthétique, ne peut soustraire à l'influence d'une société ni à ses émotions (n'oublions pas que les critères de beauté évoluent tous les jours !). Ces influences s'expriment donc dans son écriture.

En général, la question suivante, c'est "Mais M'dame, ça nous sert à quoi d'analyser un texte ?"...

dimanche, 16 avril 2006

Absinthe et cornegidouille !

"Salut, verte liqueur, Némésis de l’orgie!
Bien souvent, en passant sur ma lèvre rougie,
Tu m’as donné l’ivresse et l’oubli de mes maux;
J’ai vu plus d’un géant pâlir sous ton étreinte!
Salut, sœur de la Mort! Apportez de l’absinthe;
Qu’on la verse à grands flots!

Il est temps à la fin que je te remercie:
Celui qui ne sait pas toute la poésie
Qu’un flacon de cristal peut porter en son flanc,
Celui-là n’a jamais près d’une table ronde,
Vu d’un œil égaré les globes et le monde
Valser en grimaçant. (...)"

Texte attribué à Alfred de Musset

Ca laisse rêveur...

Analyse elliptique

Dora, Babouche, Diego et les autres.

L'exploratrice et ses acolytes possèdent-ils vraiment une psychologie profonde ? A l'évidence leurs caractères se résument à un trait dominant (générosité ?). Comment mesurer la stimulation du développement intellectuel (cognitif, émotionnel, social ?) d'un enfant enchevêtré entre quinze minutes de publicité et son bol de céréales bourré de sucre ? Dora doit aider le tube digestif (déjà sérieusement abruti) à son sacro-saint développement psychomoteur.
In fine, le seul personnage consistant demeure Chipeur : il joue sur deux tableaux de l'action : à la fois adjuvant et opposant...mais bon...
Qui va s'alarmer devant cette mécanique implacable frelatée d'imposer à des enfants une camisole de force les empêchant de saisir le réel ? Est-ce que dès quatre ans, il leur est déjà interdit de penser ? Dora veut-elle en faire des bien-pensants bouffeurs de culture U.S?
Oulaaaa ! Je retourne au règne des machines...

jeudi, 13 avril 2006

Pourquoi Aragon est-il fade ?

Fade ? En comparaison, René Char a bien sûr un meilleur goût, une saveur de vécu, une note de questionnement, un intérêt, un mordant qui n'existe ni chez Eluard ni chez Aragon ni chez aucun autre...
Attention, il s'agit là d'une remarque tout à fait personnelle n'engageant que moi... Les textes étudiés s'inscrivent dans le cadre de séquences qui gardent un intérêt certain qu'il est inutile de préciser ici : il s'agit de faire des élèves des citoyens avertis, des hommes et des femmes dotés d'une conscience politique...
Allez : je les laisse à leur conscience, je vais me mater un bon Dora et je reviens...

mercredi, 12 avril 2006

Au sujet du brevet blanc

Vous feriez mieux de réviser mes cours !
{ plutôt que de gloser sur la question fondamentale certes, mais futile toutefois de l'intérêt de la littérature et de la culture dans un cerveau normalement constitué (oulala ! " y'a des mouches ici !")}
Il faut travailler pour se libérer des contraintes ! Alors, je ne donne pas le sujet mais pensez à BIEN relire mes cours! (conjugaisons, énonciations, modalisation et les figures de style...)
En vous remerkiant !